Les Créateurs de Mondes

Venez donner vie à votre imagination !
 
AccueilAccueil  SiteSite  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher    MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Abandonné]Les ténébres réagissent (Recueil de nouvelles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ClessDragon
Créateur du Monde
Créateur du Monde


Masculin Nombre de messages : 632
Age : 23
Localisation : Nord de la France
Emploi/loisirs : Etudiant en Informatique
Humeur : Nostalgique
Point(s) Fort(s) : Beaucoup.
Point(s) faible(s) : Beaucoup aussi.
Niveau Rpg Maker : Très bon.
Réputation : 21
Points : 3628
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Point Fidelité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: [Abandonné]Les ténébres réagissent (Recueil de nouvelles)   Dim 30 Nov - 20:24

Bon, hum, j'aime pas trop posté dans les grandes communauté mes projets littéraires, ici c'est mieux.

Sinon, je suis désolé mais les titres ne sont pas encore bien définit donc le reccueil pour l'instant se nomme 'Les ténébres réagissent', pas chouette mais bon.

Pour la patie introduction du topic, je tiens à signaler que ce ne sont pas des oeuvres professionnelles mais bien amateurs.

Les ténébres réagissent


Auteur : ClessDragon (Moi)
Genre des récits : Nouvelle
Chapitre le plus récemment posté, et oeuvre : Le Testament, Chapitre 2
Note d'auteur : Ce recueil de nouvelle montre la période de ma vie qui est et qui sera surement la plus sombre. Les histoires sont de pure fantaisie provenant de mon imagination mais quand on est décidé à écrire, on le fait.

Droits d'auteur :(gros bordel)
Spoiler:
 

J'espère que je peux le faire mais je préfére mettre chaque chapitre d'une oeuvre sur un post différent. Sa améliorerai la lecture.

Commentaires divers :

La folie humaine,
c'est ma première nouvelle écrite pour ce recueil, une bonne source d'inspiration que j'avais là. Cette histoire raconte le malheur d'un jeune homme atteint d'une des nombreuse maladie, ou plutôt une sorte de psychose. La sienne c'est la paraphrénie, mais il en existe bien d'autre. Le but de cette nouvelle était de choqué, de montrer ce qui peut se produire à cause de cette maladie. Elle est assez complexe pour certaines personnes du coté de la compréhension de l'histoire en elle-même, mais après une relecture on y voit plus clair.

Le Testament, ma deuxième nouvelle, sans mentir, je l'ai commencé il y a moins de trois semaines, j'ai regardé pas mal de style d'écriture différents pour m'en trouver un. J'ai surtout regardé du coté des Stephen King . Cette histoire raconte des faits paranormaux, fantastique dans un milieu plus réaliste. Je ne sais combien elle fera de chapitres, mais j'espère qu'elle plaira.


Dernière édition par ClessDragon le Ven 4 Déc - 21:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ClessDragon
Créateur du Monde
Créateur du Monde


Masculin Nombre de messages : 632
Age : 23
Localisation : Nord de la France
Emploi/loisirs : Etudiant en Informatique
Humeur : Nostalgique
Point(s) Fort(s) : Beaucoup.
Point(s) faible(s) : Beaucoup aussi.
Niveau Rpg Maker : Très bon.
Réputation : 21
Points : 3628
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Point Fidelité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Abandonné]Les ténébres réagissent (Recueil de nouvelles)   Dim 30 Nov - 20:28

Auteur : ClessDragon
Note d'auteur : Cette nouvelle, très très courte est en fait l'explication de plusieurs 'maladie' si je ne puis dire, je l'ai écrite car j'avais vu des choses assez étrange là-dessus. Bon voilà, bonne lecture.



La folie Humaine



La vie sous la maladie, un phénomène anodin selon divers points de vues. Mon regard s'est porté sur une personne dont la conscience me parut d'une extrême faiblesse. Cette personne ma volontairement raconté l'enfer de ses pensées, l'abomination de son âme, l'histoire qui lui donna l'opportunité d'errer dans les profondeurs de sa réclusion.


1



Après d'innombrable années, je me réveillai enfin d'un coma dont la raison ne me revint pas, ma vue afféra peu à peu, mon regard fixant le plafond de la pièce d'où je me trouver. Mon mal de crâne vint avec la récupération de mes autres sens. Après quelques minutes, je me rendis compte que ma capacité de mouvements était devenue très basse. Alors, je déplaçai ma tête lentement de part et d'autre de la pièce pour en observer les formes et les éléments qui la composer. Moi qui me croyais dans un hôpital, voilà que je me retrouve dans une sorte d'oubliette dont la seul lueur, découper en plusieurs parties venait d'un petit soupirail au dessus de mon lit. Après quelques instants, peut être des journées entières, mon entourage s'assombrit, dans un élan de folie, je me levis de ma couchette et me dirigea dans l'ombre d'une extrémité de ma canfouine. De temps en temps des émanations vinrent me parler, cacher dans l'obscurité, leur seul parole eu l'effet d'une dizaine de ruptures partout sur mon être, résonant dans ma tête, leur macabre objectif, celui de me supprimer.

Un beau matin, ces ombres m'emmenèrent alors dans une autres partit du bâtiment, mais ma rage enfuis au fond de moi émana comme l'éruption d'un volcan. Je pris alors la lame d'une des créatures, je trancha se qui semblait être une gorge au monstre qui se trouvait à mon verso et planta la lame profondément dans le buste de la seconde créature. Par stupéfaction ces deux créatures semblaient se vider d'un liquide de couleur vermeil, une sorte de sang. Serait-il possible que ces immondes choses s’apparenteraient aux humains ? Après mon acte je partis me réfugié dans une autre pièce de ce grandissime bâtiment.


2



Dans cette pièce aucun débouché, pas un seul courant d'air, l'atmosphère sépulcral de cette pièce libéra en moi un engouffrement absolu dans ce monde parallèle très sombre. Peu à peu, ma vue devint celle d'un noctambule, je commençais à ressentir la présence de petites créatures tout autour de mon être, des araignées, des insectes de tout types, rien de cela, je n'arrivais pas à les distinguer de ma position. Ils se dissimulaient dans la noirceur la plus importante de toute la pièce. À ce moment, je songeais à mon passé cependant rien ne me revenais, aucune vision, pas un seul visage, comme si avant tout cela... je n'existais pas. Ma vie à telle réellement un sens, que me veulent ces monstres, pourquoi ces voies dans ma tête ! Je ne comprends pas ! Mes mains cachant mon visage, mes jambes repliés sur mon torse, des tonnes de pensées me vinrent alors à l'esprit et ces voix continuèrent dans leur lancer diabolique, je ne sais quel est leur but mais si il est de me rendre fou, ils ont réussit. La rage s'emparent peu à peu de mes sens, les voix devinrent plus forte et j'aperçus sous la porte des ombres provenant de l'autre coté, les voix devinrent encore plus fort comme si il me crier dans les oreilles, je ne puis résister à cette cacophonie plus longtemps. Avec vivacité, je me redressai, mettant mes mains sur mes oreilles pour essayer de bafouiller l'horrible sonorité qui retentit dans mon crâne. La douleur fut si intense que j'eus envie de me percer les tympans avec mes doigts. Accompagner ces bruis abjects par le ressentiment de pincements sur tout mon corps, je fermis mes yeux, ces petites bestioles seraient-elles en train de grimper sur le long de mon corps. Pourquoi, pourquoi... pourquoi ne me laissent-il pas partir de cette antre maléfique. Gesticulant dans tout les sens, frappant les murs, tout les objets se trouvant autour de moi, je les frappai tous avec une telle violence. Je ne me laissai pas abattre, j'enfonçais la porte avec rage d'un grand coup de pied, de l'autre coter, personne, le néant, j'avançais alors dans l'allée du grand corridor.


3



Désespoir, quel consternation d'entendre ses affreux bruits, ces voix machiavéliques répéter sans cesse des mots d'une telle morbidité que même un saint d'esprit ne pourrais le supporter. Je courus alors évitant ces ombres inconnus me bloquant le passage toujours les bras en l'air et les mains sur mes oreilles. Je ne pus résister d'avantage, devant moi se tenait une petite table, sur celle ci des outils, des médicaments, je trouvas alors une sorte de scalpel, la tentation étant trop forte, je l’enfonçai alors dans mon oreille gauche, juste assez pour ne plus rien n'entendre mais pas trop pour ne pas mourir, et changeant de mains je fit de même avec la deuxième oreille. Le chahut fut enfin terminer, plus aucun bruit, plus une seul voix, plus rien, la douleur de la lame rentrante dans mon oreille ne me fit rien, quand le sang se mit alors à couler sur le sol depuis l'extrémité de mon visage, les voix revinrent progressivement et les créatures aussi par la même occasion. Je pris un autre scalpel et je les tuèrent tous un par un, une bonne dizaine de ces monstres vinrent à moi essayant de m'attraper, je ne sais se qu'il se serait passer si l'une d'elle m'aurait attraper mais je ne m'attarderai pas a essayer cela. Je courrais dans tout les couloirs cherchant une issus, une porte me menant à l'extérieur de cette endroit sordide, les voix me parlèrent de plus en plus fort, alors je décapitais toutes les émanations, les unes après les autres, aucune n'y réchappa. Alors je trouva une porte, elle semblait mener vers la sortit, j'arrivais à entrevoir une lueur incandescente de l'autre coter, je courus vers celle ci, les ténèbres derrière moi, me suivant à la trace comme mon ombre. Je la franchis, je ne vis rien, peu à peu des lueurs apparurent, des lampadaires semblait-il. Je commençai alors a voir la lune et toute sa splendeur dans les ténèbres de la nuit, mon âme fut absorber par ces couleurs nouvelle à mes yeux. Alors devant moi des êtres semblable à moi-même coururent vers moi, me plaquèrent au sol, je vus des lumières rouge et bleu, clignotantes sans arrêt. Leurs lèvres bougeaient mais mon ouïe n'était plus.


Dernière édition par ClessDragon le Ven 4 Déc - 21:21, édité 3 fois (Raison : Correction des fautes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ClessDragon
Créateur du Monde
Créateur du Monde


Masculin Nombre de messages : 632
Age : 23
Localisation : Nord de la France
Emploi/loisirs : Etudiant en Informatique
Humeur : Nostalgique
Point(s) Fort(s) : Beaucoup.
Point(s) faible(s) : Beaucoup aussi.
Niveau Rpg Maker : Très bon.
Réputation : 21
Points : 3628
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Point Fidelité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Abandonné]Les ténébres réagissent (Recueil de nouvelles)   Dim 30 Nov - 20:35

Auteur : ClessDragon
Note d'auteur : Voici donc la deuxième nouvelle, plus longue et plus travaillé, elle encore en cours d'écriture.

Le Testament

Chapitre 1

Il me tendit les deux objets, je ne savais ce que c'était enfin, si je le savais mais pas celui qui allait les recevoir, je les observer de ma position, il ne me voyaient pas, mais moi, je les voyaient, ils étaient là a se regarder comme si les objets que l'homme venait de lui donnait était une bénédiction de Dieu. Je pouvais rire, m'esclaffer jusqu'à plus souffle, moi je savais très bien se qu'ils y trouveraient.

Le vieil homme rabattu sur sa chaise prononça alors quelques mots :
- << Voici donc, les objets que vous me demandiez depuis quelque temps.
- Merci. >>
C'était un jeune homme qui lui répondit, il avait l'air anxieux, troublait, je savais se qui le troublé à ce point, lui aussi surement. Mais avant de vous dire ce qui s'est passé laisser moi vous raconter ma version et non la leur.

Il y a deux semaines, j'ai appris l'atrocité, la plus horrible des choses que l'ont peut entendre, vous, vous ne savez quand vous allez mourir, se secret vous tourmente un peu, quand l'idée vous traverse l'ésprit vous préférez ne pas y penser ou alors être submerger par la folie au point de devenir paranoïaque, moi c'était différent, moi je le savais, j'allais mourir dans moins d'une semaine, peut-être maintenant, peut être dans une heure ou deux, peut-être demain, mais ce qui était sur c'est qu'il me restait moins d'une semaine. Tout sa pour quoi, pour avoir travaillé plus de vingt ans dans la même centrale et par mégarde s'être fait enfermé dans une pièce hermétique d'où j'ai respirer le gaz de la mort. Le docteur, une vieille femme sans défense qui ne faisait que son boulot me le dit d'un ton épouvanté, triste qui sait, moi je me mis en colère mais pas une colère singulière parce que j'avais fais quelque chose mais plutôt une colère qui ne servait vraiment à rien, être furieux d'une chose qu'on ne peut pas changer c'est désagréable. Je suis resté planté sur le lit sur lequel j'avais était examiner, un lit froid, sans état d'âme, je n'ai pas dis un seul mot, la médecin précisa alors que je n'était pas contagieux, que s'était quelque chose qui ne sortais pas. Cela devait-il me réconforter ? Si c'était le cas sa n'eus pas cette effet, pourtant je sentais qu'elle ne voulait pas m'enterrais plus que cela.

Après ces interminables minutes, je me leva de ce lit, je la regarda, son regard était presque indifférent, un regard comme on jette à un homme qui vient de vous offenser. Je n'eus pour elle aucun mot, aucune phrase, de toute façon quelques paroles n'aurait rien changé. Cela me dégouté, je pris mon manteau et l'enfilai brièvement, des deux mains je pris mon chapeau, je l'ajustai et le mit sur ma tête de façon à se que mes yeux soient cachés, je ne voulais pas que l'on voit le chagrin d'un homme entre deux âges et qui de plus va bientôt mourir. J'ouvris la porte, sans un au-revoir, la salle d'attente s'ouvrait à moi, remplit d'une dizaine de personnes, une pensée ridicule me vint à l'ésprit, à chaque fois que je vais au médecin la salle d'attente est toujours pleine, pourquoi nous faire tous venir à la même heure, c'est totalement idiot me dis-je. Aucun mot à personne, oui je n'en eu aucun, je me dirigea alors lentement vers ma droite, ouvrit la porte, j'entendis derrière moi pour la dernière fois la voix du docteur disant << Au suivant ! >> ces mots mon parut bien montrer son indifférence envers ces patients, au suivant, au suivant, ces mots me revinrent une fois sortit prenant la direction de mon appartement. Au suivant, des mots dont l'association bien malsaine voulait en dire gros sur mon cas, je pensais que pour elle s'était la routine de dire que quelqu'un allait mourir et que chacun dans sa salle se doutait que quelque chose de pas très net allaient leurs arrivaient en entrant.

L'air glacial d'hiver me réconforta lui, je savais que par la suite je ne pourrais plus ressentir ces douces caresses, une fois encore j'avais oublier mon écharpe, quel imbécile, avant de mourir pourquoi pas une bonne grippe, cette phrase pensive fit apparaitre un léger sourire sur mon visage. Comme d'habitude, les embouteillages dans le centre-ville, des piétons sur tout les trottoirs, je déteste ces trottoirs, je ne sais pas si vous avez remarqué mais à chaque fois les personnes qui les prennent vont toujours à l'opposé de là où vous allez tout en vous poussant, n'hésitant pas a vous regardez avec mépris, comme si celui qui faisait la faute s'était vous, ils n'avaient peut-être pas tort à cent pour cent ? Je suis retournai après une bonne marche chez moi, avant je suis passé par le parc, ce fameux parc, ils y ont plantés toutes sortes de choses, de plantes, je ne m'y intéressait pas vraiment, ce ne sont que de simple végétaux de ridicules végétaux. En passant dans l'allée des vieux chênes, je pris un moment pour m'assoir tranquillement sur un banc, je me plaçai sur le banc d'où le soleil pourrait encore me réchauffé le cœur. Cette étrange moment, un étrange moment en effet, se qu'il y avait d'étrange en fait, s'était que personne ne passait par là, j'étais enfoncé dans le parc mais je pouvais entendre les voitures ronronnaient mais pas un chat, pas une seul personne ne pointée le bout de son nez, pas un visage réconfortent, rien, de toute façon, qui-est-ce qui pourrait me réconforter à présent. Le parc, une sorte d'alternative, un endroit si paisible, j'aimerai vraiment y mourir, j'espère que l'occasion se présentera à moi. Les chênes de mon point de vue étaient vraiment magnifique, la courbe du tronc déformée irrégulièrement, les branches partant n'importe où montrant sa diversité, ces arbres sont magnifiques seulement en cette période, les feuilles étaient tombée depuis belle lurette l'arbre perdu à ce moment tout son charme pour répandre une impression sinistre, l'air semblait soudain devenir plus dense et plus humide donc je me suis remis en route juste après. Me voilà donc arriver, appartement B12, soit un vieil appartement qui ne doit pas correspondre au normes mais le propriétaire s'en fichait complètement, l'argent, seul elle comptait pour lui. C'était un brave gars qui avait profiter de la mort de son père pour prendre le relai, s'était son seul héritage. Tient me dis-je, et moi, qu'allais-je laisser derrière moi ? Qui en profitera ? Tant de questions, mais aucune réponse.

Aujourd'hui, j'ai pleurai, oui, j'ai pleurai comme jamais je ne l'avais fait auparavant, je ne pus m'en empêcher, ne vous détrompez pas nous sommes toujours le même jour. Les larmes coulaient à flot tout comme une cascade immense, quelque chose de continu, impossible à arreter, tous mes souvenirs me revinrent en tête, tous, aucune exeption, ma première petite ami, celle qui est partit avec un autre car il était plus beau que moi, mes vieux amis que je ne vois plus maintenant, en fait en y réfléchissant maintenant, je n'ai plus personne, je n'ai vraiment plus personne. Je sortis encore une fois, enfilant mon manteau, laissant mon chapeau, j'ouvris la porte avec violence, la referma de la même intensité. Je dois mourrir, c'est mon destin de mourrir mais avant cela, je compte faire parler de moi, comment faire parler de moi, je n'ai rien fait de ma vie, aucune oeuvre d'art, aucun best-seller, aucune chançon explicite, rien même pas un poème minutieusement travaillé, quel vie merdique, il n'y a pas d'autre mot pour la désigner.


J'ai marchai, je ne sais combien de temps ni combien de kilomètres, j'ai juste marchai, enfin, puisque ce monde ne m'a pas donné le bonheur d'une vie pleinement vécut, alors je vais rendre ce monde encore plus abominable qu'il ne l'ait, cette idée, vous vous demandez comment je l'ai eu ? J'ai enfin découvert mon vrai but, mon vrai pouvoir, je ne sais qui m'a transférai celui-ci mais je le remercie grandement. Je me baladai seul dans la rue, une rue où les personnes s'était dispersée, comme-ci ils savaient, leurs regards accusateur, moi à ce moment je ne savais pas encore, ce n'était plus très long. Arriver dans une rue plus sombre, deux hommes apparurent des ténèbres s'approchant avec vélocité vers moi, je pris la fuite, des éfforts vain, ils m'avaient déjà attrapaient par le col.

<< Où allez-vous comme sa Monsieur ?
- Lâchez moi sale vermines, criai-je !
- Mais c'est qu'on s'énerverait. >>
L'un d'entre eux brandit alors une batte de baseball.
<< Donne nous ton fric, et plus vite que sa, dit l'homme armé.
- Jamais, vous n'avez qu'a allez travaillez brigand.
- Ahahah, l'homme qui m'avez attraper se mit a rire bruyamment, notre boulot c'est sa mon vieux. Jerry, montre lui notre véritable travail.
- Enfin quelque chose d'amusant, dit l'autre homme dénommé Jerry. >>

Il approcha lentement de moi, me scrutant de ces yeux fous, il pris d'une bonne main sa batte, de sa position vertical elle passa à l'horizontal puis il se mit a tapotait mes poches avec pour en analyser le contenu. Avec agilité, il prit sa batte des deux mains son acolyte se poussa sur le coter, je n'ai pas eu le temps de soupirer, il m'avait déjà donné son premier coup en plein sur le visage, mon corps suivit le mouvement et je me retrouvas par terre, la main sur le visage à l'endroit de l'impact, puis il recommença encore plus fort et de l'autre coter, je ne pus parer ce coup, ma tête se retrouva nez-à-nez sur le sol humide parsemait de petite flaque d'eau surement mélangeaient avec d'autres substances, comme de l'urine ou que sais-je encore. Je ressentis par la suite de terrible coups de pieds, je ne sais combien, la douleur fut intense.

<< Assez, dit l'homme écarté, prenons sont pognons maintenant et fichons le camp avant que quelqu'un débarque. >>

L'homme à la batte de baseball se pencha, mes yeux s'ouvrirent d'un coup d'un seul, je le vus ma fureur se déchaina alors, je ne sais plus trop la suite des choses mais il me semblait que son corps s'éleva peu à peu, il était à plus de vingt centimètres du sol, il n'avait plus pied au sol. L'autre, rester figé, regardant affolé la scène qui se déroulait devant lui, il tremblait, l'autre qui lévitait ne respirer plus, je le voyais mourir devant mes yeux, les seuls pensées qui me restèrent sont celles de la vengeance, je commençai par les tuer eux, tout ceux qui mon fait souffrir y passeront, tous. Au bout d'une bonne minute, sa nuque se brisa, la minute fut longue et intense en émotion, l'autre idiot bégayait, suffoquait, puis au moment du doux craquement de la nuque, il poussa un cri d'effroi et pris la fuite dans l'autre direction, ma seul pensée suffisait à le retenir, il revint vers moi transpirant comme un poisson dans l'eau, il arrivait face à moi, la batte se souleva juste par ma pensée, elle le frappa alors, en plein visage les coups s'enchainèrent à une vitesse fulgurante; Au bout de quelques secondes l'homme était mort, le sang, le sang, il y en avait partout, tout du moins, mon sang n'étais pas sur le sol, je pris la fuite à peine à quelques minutes de mon appartement, quel chance, personne dans les rues, personnes jusqu'à mon appartement, aucun regard accusateur, rien juste le silence, celui de la mort venant récoltés ces biens. J'arrivais chez moi, je verrouiller la porte, je respirais à rythme irréguliers, j'étais essouffler comme jamais, je venais de tuer, je venais de tuer deux hommes, deux hommes qui le méritaient, peut-être, ce pouvoir, qu'était-ce ? Je mis mes vêtements à lavaient, tous, je fit un somme pour récupéré des forces et pour reprendre mes esprits.


Dernière édition par ClessDragon le Ven 4 Déc - 21:22, édité 1 fois (Raison : Aucune)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ClessDragon
Créateur du Monde
Créateur du Monde


Masculin Nombre de messages : 632
Age : 23
Localisation : Nord de la France
Emploi/loisirs : Etudiant en Informatique
Humeur : Nostalgique
Point(s) Fort(s) : Beaucoup.
Point(s) faible(s) : Beaucoup aussi.
Niveau Rpg Maker : Très bon.
Réputation : 21
Points : 3628
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Point Fidelité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Abandonné]Les ténébres réagissent (Recueil de nouvelles)   Dim 30 Nov - 20:39

Auteur : ClessDragon
Note d'auteur : Le chapitre 2, un chapitre quelque peu important lui aussi.


Chapitre 2

Pourtant le sommeil ne venait pas, surement le fait que je venais de tuer deux personnes. Qu'est-ce-que je dis, je n'ai tuer personne, je ne les ai pas touchés en plus, ils sont mort tout seul, je n'ai rien fait ! J'ai du prendre des somnifères pour trouver sommeil, je suis obliger de me droguer pour enfin m'endormir, devenir insomniaque juste avant de mourir, quel joie. Une fois mes yeux fermés, le paysage devenu sombre, devenu ? Non, que dis-je, dès que mes yeux furent fermés je me trouvai dans un décor noir, ténébreux, seul sans personne à mes cotés. A croire que même dans mes rêve je continu a penser, pourtant j'avais une étrange sensation, une odeur âcre, quelque chose d'assez désagréable. Un brouillard s'éleva de l'obscurité pour apparaitre tout autour de mon être, je sentais une présence, quelqu'un se trouvait quelque part et m'observer, puis je fus paralyser par je ne sais quoi.
<< Bonjour, monsieur Psetago.
- Quoi ?! Qui êtes vous, où êtes vous ? >>
Je me tournai dans tout les sens pour essayer de trouver la source de cette voix, une voix lourde qui fait trembler les tympans rien qu'en l'entendant.
<< Sa ne sert à rien de me chercher, je ne suis déjà plus, je suis venu rencontrer mon successeur, je t'observe depuis quelques temps et je suis désolé de pour ton espérance de vie, et puis tu m'as semblais la seul personne apte à recevoir ce don.
- Vous êtes ... celui qui m'a donc donné ce pouvoir, dis-je d'une voix rauque ?
- Exactement, je suis venu m'assurer que je n'ai pas fait de bêtises, mais aussi pour te parler de la suite.
- La suite ?
- Oui, ce pouvoir comme tu l'a ainsi nommé t'as était donné par moi, je t'ai volontairement succédé celui-ci.
- Pourquoi, est-ce-que je vous connais ?
- Non, je l'ai fais pour améliorer ton destin.
- L'améliorer, en quoi cela l'améliorera ?
- Tout dépend de ton utilisation, mais n'oublie pas toi aussi tu devras désigner ton successeur.
- Attendez ...>>
Plus rien, je me réveilla brutalement, je regarda l'heure il ne s'était écoulé qu'une seul petite heure. Je repensai à cette discutions à l'intérieur de mon rêve, on m'a donc choisit le destin est entre mes mains. Je me leva de mon lit et me fit préparé un café, après l'avoir bu, je m'assis longuement repensant à ma vie.

Ne vous ai-je pas encore dis que j'avais un fils, oui, je l'ai eu avec une femme que j'ai aimé de tout mon cœur, avant quel ne le prenne. Elle était brune, une couleur qui lui allait à ravir, les yeux marron, son visage était parfait, elle n'avait aucun défaut, je l'ai rencontré il y a déjà plusieurs années, elle était assise sur un banc dans le parc de la même ville. Elle était seul, elle attendait tout comme moi tout alors, surement en pensant à des choses futiles, elle regardait des oiseaux en train de faire leur nid, une activité seine mais pleinement ennuyeuse. Je me suis lentement approcher d'elle, puis je l'accosta d'un simple bonjour et m'assis à ses cotés. Nous avons discuté pendant un certain temps, je ne me rappelle plus combien de temps mais ces minutes, ces heures peut-être étaient intenses. Nous somme tout les deux repartirent ensemble, je l'ai raccompagné chez elle, elle m'a donné son numéro de téléphone portable, bien que moi je n'en ai pas, je me suis toujours dit que cela ne servait à rien à part gaspiller de l'argent, non pas que je suis radin mais pouvoir parler à n'importe qui à n'importe quel moment je n'étais pas prêt à le faire. Nous nous sommes revus, plusieurs fois vers la fin du mois, nous avons eu des relations beaucoup plus intime déjà, elle habita chez moi, dans mon appartement puis au bout de quelques jours après son emménagement, elle m'appris qu'elle était enceinte. Un enfant, pourquoi pas c'était la femme que j'aimais, celle à qui je donnerai ma vie, mon âme. L'enfant née neuf mois plus tard naturellement, mais c'est à partir de là que notre bonheur pris fin, je ne gagnais pas assez d'argent pour elle, un technicien sa ne vaut rien, voilà se qu'elle a dit, elle est partit en claquant la porte avec le petit. Je me suis retrouvé seul, sans personne à mes cotés, il ne lui aura pas fallut longtemps pour retrouver un autre homme, pas la même carrure, plus de cent mille dollar par ans, je ne me rappelle même plus son métier a ce feux marie.

Mon fils à grandi d'années en année comme tout enfant normal ici-bas. Il a fréquentait les meilleurs écoles, son rêve au gamin, s'était de devenir inspecteur de police, un bien beau métier, enfin c'est ce que je pense. Je me souviens encore de toute sa vie, un précoce, un génie comme l'a dit le psychiatre. À seulement six mois, il parlait déjà, enfin il parlait comme une grenouille attrapant une mouche pour ensuite la dévorée. Il a marchait juste après avoir eu c'est un an, je n'ai pas eu le droit de voir ces images, pourtant sa m'aurait réchauffé mon cœur congelé par tant d'années de misères. À quatre ans, il est rentré dans une école privée où il a appris la lecture le calcule, toutes ces choses d'enfant. Puis sa a commencer, les écoles s'enchainèrent, il sauta des classes pour se mettre à niveau mais il était toujours dessus, je pouvais être fier, enfin je me demande si c'est moi ou son nouveau marie qui devait l'être.

Maintenant, il l'a eu son diplôme, il est devenu un officier de police, trop jeune pour avoir les grades supérieur, mais très compétent dans son domaine. Je l'aime mon fils, bien qu'il m'a été enlevé durement, j'ai vécu avec ce manque toute ma vie. Cette femme ou plutôt cette traitresse à eu d'autre enfant avec lui, deux filles, elles ont surement eu le même parcours que mon fils, je ne les ai rencontré qu'une seul fois. Un matin d'été, pendant la canicule qui faisait un ravage fou, je me suis promener dans le parc et au même endroit près de l'allée des vieux chênes, j'ai vu mon ex-femme accompagner de deux jeunes filles, elles s'amusaient toutes les trois dans l'herbe, l'une des filles devait avoir douze ans et la deuxième je lui aurait mis à peine cinq ans. Elles étaient toutes les trois là, devant mes yeux, ravissante elles étaient toutes les trois très mignonne. Je ne me suis pas approchait d'eux, j'aurais fait tache dans ce magnifique décor. Rien ne laisser à désirer, trois filles très jolie, un soleil de plomb avec des brises non violente mais néanmoins très rafraichissante, un arrière plan vert, des chênes, des boulots et pleins d'autres types de végétations. Un ensemble parfait, je ne pouvais pas dérangé cela, surtout, qu'aurais-je dis ?


Dernière édition par ClessDragon le Ven 4 Déc - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KenowaX
Membre D'honneur
Membre D'honneur


Masculin Nombre de messages : 407
Age : 23
Réputation : 1
Points : 3075
Date d'inscription : 07/10/2008

Feuille de personnage
Point Fidelité:
52/200  (52/200)

MessageSujet: Re: [Abandonné]Les ténébres réagissent (Recueil de nouvelles)   Lun 1 Déc - 17:12

study ..................................................
......................................................
.........................................................


Shocked ................................... wow.....

J'aime bien ce recit. Il y a de tout ; un gars normal (ou presque), avec une vie normal, et des evenements inhabituelle...

J'attend la suite avec impatience Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ClessDragon
Créateur du Monde
Créateur du Monde


Masculin Nombre de messages : 632
Age : 23
Localisation : Nord de la France
Emploi/loisirs : Etudiant en Informatique
Humeur : Nostalgique
Point(s) Fort(s) : Beaucoup.
Point(s) faible(s) : Beaucoup aussi.
Niveau Rpg Maker : Très bon.
Réputation : 21
Points : 3628
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Point Fidelité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Abandonné]Les ténébres réagissent (Recueil de nouvelles)   Lun 1 Déc - 20:09

Very Happy
Et bien merci, sa fais plaisir, je n'avais encore pas reçu de commentaires sur ces nouvelles. Enfin, juste la première.

Pour la suite, si le temps me viens sa peut aller vite, sinon il faudra attendre assez longtemps. Je m'éfforce à faire un chapitre toute les deux semaines, c'est assez dur.

Allez, je m'y remet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Abandonné]Les ténébres réagissent (Recueil de nouvelles)   Aujourd'hui à 22:01

Revenir en haut Aller en bas
 
[Abandonné]Les ténébres réagissent (Recueil de nouvelles)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recueil de nouvelles : Addendum à la Vie
» Le vieux village et son temple abandonné
» Minecraft Road Roy's survie
» Le petit chat abandonné
» Ah ! C'est pas abandonné par Blizzard !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Créateurs de Mondes :: Nous et Vous. :: Vos créations ! :: Œuvres écrites-
Sauter vers: